Online-Shop Saisie rapide

Installation efficace d’un système d’extinction de type déluge pour un pont

«Cette fois-ci les flammes étaient spectaculaires», commenta l’adjudant-chef des pompiers Rolf Friedli. «Le vieux pont n’a encore jamais vécu un pareil sinistre.» En cette date du 28 mars 2018, la population d’Olten craignait fort de voir son emblème subir des dommages irrémédiables. L’incendie a par conséquent motivé une rénovation de grande ampleur doublée de plusieurs mesures de protection incendie. Parmi celles-ci, on compte l’installation d’un système d’extinction de type déluge équipé d’inserts à sertir Optifitt-Press de Nussbaum.

Texte: Andreas Stettler / Photos: Nina Dick

Des incendies, le pont en a connu beaucoup. Sept fois au total que des feux s’y sont déclenchés les dix dernières années. Tel est le bilan des autorités municipales sur des feux couvants où le pont en avait réchappé en général à bon compte. Sauf cependant en mars 2018: c’est ainsi que des flammes bien visibles ont mis à mal les éléments porteurs de la section médiane du pont. Et comme les parties critiques étaient jusqu’à présent difficilement accessibles aux sapeurs pompiers, il leur a fallu relativement beaucoup de temps avant de pouvoir combattre efficacement le feu.

Suite à un examen détaillé du pont dans son ensemble, décision fut prise de rénover entièrement cet ouvrage classé monument historique qui enjambe l’Aare. De toute manière, 2020 aurait correspondu à l’échéance qui prévoit des contrôles tous les 25 ans. Marcel Dirlam, ingénieur des Ponts et chaussées de la ville d’Olten, précise à ce sujet: «En outre, depuis plusieurs dizaines d’années, les piliers centraux avaient souffert du fait des variations naturelles du niveau des eaux. Les travaux réalisés sur et sous le pont en ont fait un ouvrage sûr et lui assureront une bonne tenue durant des dizaines d'années.

Pour les incendies, toujours la même cause

Au niveau des poutres latérales situées sous le tablier du pont se forment des foyers d’incendie potentiels constitués de particules de poussière, de toiles d’araignées, de restes de papier et autres déchets, tout cela restant invisible aux personnes empruntant le pont. Il suffisait alors d’un mégot de cigarette jeté par inadvertance ou d’un câble électrique défectueux pour déclencher un incendie. Or, l’accès au pont par le dessous n’était pas une mince affaire pour les sapeurs pompiers. Les ingénieurs ont réduit le risque d'incendie par diverses mesures techniques et de prévention, la principale amélioration se situant aux niveaux des accès d’intervention. En plus des panneaux d'interdiction de fumer qui, hélas, s’avèrent peu efficaces, des planches de bois facilement démontables permettent à présent de réaliser des travaux de nettoyage. La pièce maîtresse de la prévention correspond cependant à l’installation d’extinction de type déluge.

Conduite circulaire sous le tablier du pont

L’installation se compose de deux conduites longues de 82 m chacune et réalisées en tubes d’acier zingué longeant les côtés du tablier. Les conduites se trouvent réunies du côté du passage souterrain de la vieille ville et du quartier Winkel avec, de chaque côté, une trappe de service pour y accéder. Lorsqu’un feu se déclare, un câble avertisseur d'incendie déclenche une alerte auprès des sapeurs pompiers qui remplissent l’installation en 10 minutes environ, après quoi l’ouvrage en bois est aspergé d’eau par le bas, à raison de 2 500 litres par minute et à une pression de 5,4 bars, ce qui a pour effet de mouiller et de refroidir le bois sur toute sa surface. Mais pourquoi donc n’a-t-on pas monté une installation sprinkler entièrement automatique, comme il en existe pour les grands bâtiments? Et bien parce qu’une telle installation se déclenche uniquement là ou se déclare un incendie. Or, pour le pont en bois d’Olten, l’eau doit arriver rapidement et agir partout, car son effet refroidisseur joue un rôle important. En outre, en temps normal, les conduites doivent être vides pour éviter les dégâts causés par le gel de l’eau. C’est pourquoi le système n’est rempli par l’autopompe qu’en cas d’incendie. L’eau résiduelle, une fois l’incendie éteint, s’écoule toute seule par les buses orientées vers le bas.

Montage particulièrement efficace des buses à jet plat avec Optifitt-Press

La conduite d’eau longue de 170 m est dotée de 936 buses ouvertes en permanence. Si les buses avaient été montées de manière traditionnelle par perçage et soudage, l’installation aurait été d’un prix exorbitant. «L’insert à sertir Optifitt-Press de Nussbaum a eu un impact significatif sur l’efficacité», explique Hugo Staffelbach, responsable SAV auprès du partenaire exécutant Zentex Brandschutz AG. «Les 468 manchons – dont chacun porte deux buses – ont été sertis sur les tubes d’acier à paroi épaisse avec la pince à sertir normale de Nussbaum et un support spécial. Chaque insert était en place après pas plus de deux minutes, perçage compris.» Cette méthode de montage a pour avantage supplémentaire qu’il n’y a pas de tension dans l’assemblage, ce qui le rend plus durable.

Zentex avait déjà utilisé ce produit pour d’autres ouvrages, p. ex. pour la réalisation d’un rideau d’eau dans une usine d'incinération d'ordures ménagères. «C’est à Olten que nous avons pour la première fois installé ce système sur un pont», précise Staffelbach. En plus de la mise en œuvre de l’insert à sertir, cette installation était prédestinée pour un autre produit de Nussbaum: les brides pour chacun des deux points d'alimentation sont vissées avec des écrous en acier résistants à la corrosion et développés spécialement pour Nussbaum, leur couleur bleue révélant qu’ils bénéficient d’un revêtement spécial. Faisant partie intégrante de l’élément de liaison, le graissage empêche le grippage, ce qui en permet le dévissage facile, même après de longues années.

Ce serait pourtant tellement simple

«Si les gens prenaient à cœur l’interdiction de fumer sur le pont, 90 pour cent des causes d’incendie seraient écartées d’office», explique Marcel Dirlam de l’Office des ponts et chaussées. «Fruit d’une réflexion poussée, l’installation d'extinction de type déluge n’en est pas moins simple dans son principe. Grâce à Zentex et à Nussbaum, notre joli pont se retrouve ainsi équipé d’une protection efficace à long terme, et ce à un prix abordable.»

Indications chiffrées sur l’ouvrage
Vieux pont d’Olten: Construit en 1803
Longueur: 78,8 m
Long. conduite inst. type déluge: 170 m
Rénovation totale: 2018/19
Investissement: CHF 1,82 millions (dont 1,1 contre les dommages causés par le feu, 400 000.- pour travaux d’entretien anticipés, 300 000.- pour mesures d’amélioration)
Achèvement officiel des travaux: 1er août 2019

Intervenants à la construction
Maître d’ouvrage: Ville d’Olten, direction construction
Protection incendie: Zentex Brandschutz AG, Neuenhof

Produits Nussbaum mis en œuvre
Inserts à sertir Optifitt-Press, écrous spéciaux à revêtement ecosyn-lubric bleu

Historique du pont
Le pont en bois, connu plus généralement sous le nom de vieux pont, est considéré comme étant le véritable emblème de la ville de Soleure. À l’époque romaine déjà, une place fortifiée assurait la protection du passage du fleuve, l’existence d’un pont étant authentifiée la première fois en 1295. Ce pont fit d’Olten un endroit stratégique et un «cordon ombilical» économique car, entre Aarau et Fulenbach, c’était le seul point où l’on pouvait traverser l’Aare. Au cours des siècles, le pont fut plusieurs fois la proie des flammes, ou fut emporté par des inondations ou des blocs de glace charriés par les eaux. Après sa destruction en 1797 par les Bernois, Blasius Balteschwiler fit construire un pont provisoire, remplacé en 1803 par l’ouvrage encore en place aujourd’hui.