Top
Online-Shop Saisie rapide

299.1.006 / V13

5 Thématiques focalisées

5.1 Centrale d’eau domestique

A partir du compteur d’eau ou du premier robinet d’arrêt, la responsabilité pour la qualité de l’eau de boisson passe du fournisseur au maître d’œuvre. Il convient alors pour ce dernier de faire en sorte que les installations soient normales afin que l’eau puisse y circuler sans que sa qualité n’en soit altérée.

Au branchement du bâtiment et dans la centrale d’eau domestique, les matériaux utilisés et les premières opérations réalisées jouent donc un rôle décisif car ils sont déterminants pour l’hygiène de l’eau de boisson dans le bâtiment. Il convient aussi de garder à l’esprit le maintien en température pour éviter dès le départ une multiplication des germes. Et comme à tout autre endroit, il convient de tenir compte des risques liés à une eau stagnante.

5.1.1 Centrale d’eau domestique | matériaux

Nussbaum recommande les matériaux suivants pour la centrale d’eau domestique. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives aux matériaux.

  • Utiliser de l’acier inoxydable et du bronze pour réduire l’apport de nutriments (Optipress-Aquaplus, Optiarmatur).

  • Utiliser un filtre à rinçage à contre-courant automatique pour empêcher l’intrusion de particules étrangères dans l’installation (p. ex. 12110, 18110 ou 18053 avec 12108). Pour une exploitation hygiénique, protéger le filtre contre la lumière UV.

  • Réaliser l’entretien du filtre selon W3/C2.

  • Si la dureté de l’eau est ≥ 32 °fH, utiliser un adoucisseur d’eau (19051/19053) (voir fiche SSIGE W10027, juin 2015).

  • En vue d’optimiser les points de raccord et le dimensionnement, utiliser une nourrice de distribution en acier inoxydable réalisée sur mesure par Nussbaum (www.nussbaum.ch/prestations)

  • Monter des dispositifs de sécurité pour la protection de l’eau de boisson (👉 Protection de l’eau de boisson).

  • Monter des robinets pour prise d’échantillon (👉 Robinets de prélèvement).

  • S’assurer que les robinets d’arrêt, soupapes de régulation et robinets pour prise d’échantillon demeurent accessibles.

Acheter maintenant

5.1.2 Centrale d’eau domestique | température

Pour le maintien en température dans la centrale d’eau domestique, les mesures suivantes doivent être prises. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives à la température.

Afin que l’eau froide demeure froide:

  • Protéger les conduites contre l’action de la chaleur.

  • Les compteurs d’eau, nourrices de distribution, appareils tels que réducteurs de pression, filtres, adoucisseurs d’eau, installations d’osmose inverse, dispositifs de surpression, etc. seront installés dans des locaux frais (à l’abri du gel), de sorte que l’eau de boisson froide ne puisse pas se réchauffer. Les appareils rayonnant de la chaleur tels que les chauffages ne doivent pas être placés dans le même local.

Afin que l’eau chaude atteigne les températures selon SIA 385/1:2020, 3.2.3 et 3.2.4:

  • Utiliser un échangeur thermique placé à l’extérieur, son avantage étant qu’il présente un meilleur transfert de la chaleur avec des zones mixtes plus petites dans le réservoir de stockage d’eau chaude.

  • A l’aide d’un thermosiphon, empêcher le refroidissement dans les conduites.

 img
Position du thermosiphon
A gauche: Thermosiphon après le chauffe-eau pour une conduite n’étant pas maintenue chaude.
Au milieu: Thermosiphons avant les conduites de soutirage pour une conduite maintenue chaude (conduite de raccordement ≤ 1 m).
A droite: Conduite maintenue chaude (conduite de circulation) dans une maison plurifamiliale: Les thermosiphons se trouvent d’abord en haut à l’étage (se reporter à W3/C3:2020, ann. 9, fig. 23, 24 et 25).

5.1.3 Centrale d’eau domestique | stagnation

Dans la centrale d’eau domestique aussi, il peut y avoir des risques de stagnation. Pour les prévenir, il convient de tenir compte des recommandations et consignes suivantes. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives à la stagnation.

  • Utiliser un boîtier de raccordement (12085) à couvercle de boîtier (12091) et un robinet de jardin (p. ex. 41130) comme mesure provisoire de chantier. La nourrice de distribution demeure ainsi sèche pendant que la conduite d’amenée est déjà rincée par des prélèvements d’eau pour le chantier.

  •  img
    Mesure provisoire de chantier recommandée par Nussbaum
  • Utiliser de la robinetterie d’arrêt à technologie de vanne optimale (passage libre).

  • Eviter les dérivations au niveau de la distribution principale, p. ex. pour les cartouches filtrantes. En sont exclues les installations pour le post-traitement de l’eau de boisson.

  • S’il n’est pas possible d’éviter les dérivations ou les conduites sans écoulement d’eau, p. ex. pour un compteur d’eau avec dérivation, observer les points suivants:

    • Limiter les tronçons de conduite sans écoulement à une longueur maximale de 4 x le diamètre intérieur (ID) du tuyau.

    • Ne pas monter de dérivations de filtre > 4 x ID.

    • Ne pas utiliser de raccordements de réserve pour éviter la présence de tronçons de conduite morts.

    • Sur l’installation, retirer comme il se doit les tronçons de conduite qui ne sont plus utilisés.

 img
Stagnation dans les conduites
A gauche: Portion de conduite sans écoulement (pour une petite longueur, il existe encore un certain échange de volume).
A droite: Compteur d’eau avec conduite de dérivation (se reporter à W3/C3:2020, ann. 4, fig. 2 et 4).
  • Dimensionner correctement les installations de post-traitement de l’eau de boisson (p. ex. adoucisseur d’eau) pour éviter la stagnation.

  • Pour le chauffe-eau, prévoir une capacité correspondant au maximum à une journée de consommation.

  • Ne pas raccorder plusieurs chauffe-eau selon le système Tichelmann, car il n’est pas possible d’assurer une circulation constante dans tous les chauffe-eau. Au lieu de cela, les raccorder les uns à la suite des autres.

  • Pour les conduites peu utilisées (p. ex. robinets de jardin), faire un bouclage avec un robinet de puisage fréquemment utilisé.

    Remarque 1: Les robinets de jardin et de balcon peuvent, eux aussi, être raccordés à une pression réduite afin de réduire au minimum la longueur de conduite.

    Remarque 2: Pour les robinets de jardin et de balcon hors gel, on utilisera un dispositif de sécurité de type HD (prise d’air pour tuyaux souples, en combinaison avec un clapet anti-retour).

 img
Conduite peu utilisée (ici robinet de jardin) avec un bouclage sur un robinet de puisage utilisé fréquemment (ici lave-linge)

Acheter maintenant

5.2 Conduite de distribution montante

Voilà que sont franchis les premiers mètres dans le bâtiment. Il faut à présent y distribuer de l’eau froide et de l’eau chaude.

Pour la mise en œuvre des conduites de distribution montantes, les trois facteurs agissant sur l’hygiène de l’eau de boisson sont d’une importance égale. Il faut savoir premièrement que dans la conduite de distribution montante aussi, l’apport de nutriments peut être fortement réduit en choisissant les matériaux adéquats. Deuxièmement, il convient de maintenir constantes aussi bien les températures de l’eau froide que celles de l’eau chaude durant leur distribution. Troisièmement, il faut prévenir autant que possible les risques de stagnation.

5.2.1 Conduite de distribution montante | matériaux

Pour la conduite de distribution montante, Nussbaum donne des recommandations claires concernant les matériaux. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives aux matériaux.

  • Utiliser de l’acier inoxydable et du bronze pour maintenir l’apport de nutriments à un niveau faible (Nussbaum Optiarmatur et Optipress-Aquaplus)

  • Dans la mesure du possible, renoncer aux conduites de circulation en matière synthétique dans le système tuyau contre tuyau. Au lieu de cela, poser la conduite de circulation séparément avec Optipress-Aquaplus (acier inoxydable).

    Remarque: Même la meilleure matière synthétique se caractérise par un apport en nutriments plus élevé qu’un matériau métallique. A cela s’ajoute le fait que, pour les conduites de circulation surtout, le rapport surface/volume est très défavorable car l’écoulement y est continu, ce qui signifie que la migration en provenance de matériaux organiques est constamment soutenue. L’acier inoxydable est par contre totalement inorganique, ce qui en fait un matériau de contact optimal.

5.2.2 Conduite de distribution montante | température

Dans la conduite de distribution montante, on doit avoir une température constante pour l’eau chaude (> 55 °C) et l’eau froide (< 25 °C). Il existe à ce sujet quelques consignes spéciales et des recommandations. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives à la température.

Cheminement des conduites et isolation:

  • Si les conduites d’eau de boisson chaude et d’eau de boisson froide se superposent à l’horizontale, poser la conduite d’eau chaude au-dessus de la conduite d’eau froide (W3:2013, 4.1; W3/C3:2020, 6.10.2).

  • S’il est impérativement nécessaire de poser des conduites dans le sol, les placer dans des entailles au-dessus de l’armature. Poser les tuyaux d’eau froide et d’eau chaude dans des entailles séparées d’au moins 0.1 m (W3/C3:2020, 6.9).

 img
Section de sol (se reporter à W3/C3:2020, ann. 7, fig. 20)

1

Pose horizontale d’une conduite d’eau froide dans une saignée au sol

6

Isolation du sol

2

Pose horizontale d’une conduite d’eau chaude et de circulation dans une saignée au sol

7

Chape

3

Armature supérieure

8

Chauffage au sol

4

Armature inférieure

9

Sol en béton

5

Isolation aux bruits d’impacts

10

Pose dans le sol de conduites de soutirage d’eau froide et d’eau chaude (idéalement en les séparant)

  • Dans la gaine montante, réaliser une séparation thermique entre eau chaude et eau froide:

    • Variante 1: Pour la construction de nouveaux appartements, les conduites de distribution montante pour eau froide dotées d’une épaisseur isolante de min. PIR 50 mm sont une alternative équivalente aux gaines à séparation thermique. Pour l’isolation, il convient de respecter une faible conductivité thermique (PIR avant le caoutchouc cellulaire). En présence de plusieurs fluides d’une température > 40 °C, il faut préférer les gaines d’isolation à séparation thermique. (Variante 2 ou 3)

    • Variante 2: Gaines séparées pour eau froide et eau chaude.

    • Variante 3: Dans une gaine commune, l’isolation de séparation doit avoir une valeur d’isolation supérieure à celle de l’intérieur du bâtiment. Ainsi, la chaleur de la conduite d’eau chaude est rayonnée dans l’espace adjacent et n’affecte pas la conduite d’eau froide.

    Remarque: Quelle que soit la façon dont les conduites d’eau chaude sont maintenues chaudes, il faut obligatoirement mettre en œuvre l’une des variantes. Les conduites de distribution montante pour eau chaude et eau froide doivent être systématiquement isolées sur toute la longueur et en toute conformité.

 img
Variantes pour une séparation thermique. A gauche:  conduite de distribution montante eau froide isolée. Milieu: gaines séparées pour eau froide et eau chaude. A droite: gaine avec isolation de séparation (se reporter à W3/C3:2020, ann. 6, fig. 18 et 19)

d

Epaisseur isolante

3

Séparation thermique

D

Distance de montage conduites d’eau chaude et d’eau froide

Pour une épaisseur isolante de PIR 50 mm, il n’est pas nécessaire de respecter de distance minimale

Φ

Flux thermique à travers la paroi de séparation de gaine

1

Gaine ou partie de la gaine froide (température médium ≤ 25 °C)

Φ

Flux thermique à travers la paroi de cadre de gaine

2

Gaine ou partie de la gaine chaude

Remarque pour la variante 1: Dans une gaine floculée, on peut tout à fait continuer à isoler une conduite d’eau froide avec du PIR 30 mm. Il faut cependant respecter une distance minimale de 70 cm entre la conduite d’eau froide et la conduite d’eau chaude, car le flocage comprimé autour de la conduite d’eau chaude a pour effet de transmettre la chaleur à d’autres matériaux.

 img
Conduite de distribution montante isolée pour eau froide comme alternative équivalente aux gaines séparées

1

Conduite de distribution montante eau froide isolée

4

Isolation

2

Conduite de distribution montante eau chaude isolée

5

Boîtier lavabo à montage caché pour Optivis

3

Conduite de circulation isolée

d

Epaisseur isolante

 img
Séparation thermique par Nussbaum Optivis

1

Conduite de circulation

4

Plaque de plâtre

2

Conduite de distribution montante eau chaude

5

Conduite de distribution montante eau froide

3

Tapis isolant

  • Prolonger la séparation thermique et l’isolation des conduites d’eau froide et d’eau chaude jusqu’au distributeur et tout au long de celui-ci (W3/C3:2020, 6.15).

  • Prévoir de placer le distributeur d’eau chaude le plus près possible de la conduite de distribution montante. Une fois que la dernière sortie du distributeur distant de ≤ 1 m de la conduite de distribution montante maintenue chaude a été retirée et que tous les composants ont été entièrement isolés, ce tronçon de conduite ne doit pas être inclus dans le calcul du temps de soutirage (SIA 385/2:2015, 4.1.4). Pour d’autres distances, Nussbaum recommande d’installer un bouclage avec la conduite d’eau chaude maintenue chaude jusqu’au niveau du boîtier robinetterie à montage caché.

  • Pour une meilleure isolation (et donc un apport plus faible de nutriments), installer une conduite de circulation séparée en tuyaux en acier inoxydable au lieu d’un système tuyau contre tuyau.

  • Si des systèmes tuyau contre tuyau sont utilisés, tenir compte de la somme des deux diamètres extérieurs pour l’épaisseur isolante (W3/C3:2020, 6.15).

 img
Conduite d’eau chaude avec un bouclage jusqu’au niveau du boîtier robinetterie à montage caché

Thermosiphons:

  • Pour les conduites maintenues chaudes:

    • Cas de figure où le distributeur est maintenu chaud (comme recommandé), c.-à-d. qu’il est distant de ≤ 1 m de la conduite de distribution montante maintenue chaude et que tous les composants, distributeur compris, sont isolés: dans ce cas, installer les thermosiphons tout d’abord avant les conduites de soutirage.

    • Cas de figure où le distributeur (ceci n’étant pas recommandé) n’est pas maintenu chaud: installer le thermosiphon déjà avant le distributeur (W3/C3:2020, 6.16).

  •  img
    Position du thermosiphon. A gauche: thermosiphon avant les conduites de soutirage pour distributeur maintenu chaud. A droite: thermosiphon avant le distributeur, celui-ci n’étant pas maintenu chaud.
  • Pour les conduites n’étant pas maintenues chaudes: Installer les thermosiphons directement près du chauffe-eau, 👉 Centrale d’eau domestique | température.

Système de circulation:

  • Pour empêcher le refroidissement des conduites d’eau chaude, prévoir un système de circulation.

  • Celui-ci est à planifier et à dimensionner comme il se doit.

  • Observer les règles ci-dessus concernant le cheminement des conduites et l’isolation.

  • Monter un régulateur de circulation thermique pour un réglage optimal de la température.

  • Alternative: Monter un régulateur de circulation électronique pour permettre la surveillance et la régulation de la température, ainsi que la commande d’autres composants.

  • Bien choisir et exploiter la pompe de circulation: pompe à régulation de vitesse pour vitesses d’écoulement adaptables; utilisation en régime permanent et à pression constante.

5.2.3 Conduite de distribution montante | stagnation

Les recommandations suivantes permettent de réduire autant que possible les risques de stagnation dans la conduite de distribution montante. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives à la stagnation.

  • Utiliser de la robinetterie d’arrêt à technologie de vanne optimale (passage libre).

  • Pour les tuyaux et les conduites, réaliser un dimensionnement optimal. Si des réserves sont prévues, elles devraient se situer dans la conduite de distribution montante et non pas sur les derniers mètres.

    Conseil: Utiliser les différents outils de dimensionnement qui figurent sur les pages web de Nussbaum:
    www.nussbaum.ch/outils

  • Planifier les conduites de distribution montantes à proximité des groupes d’appareils, afin d’avoir des conduites de soutirage courtes (👉 Etage | stagnation). L’idéal est qu’aucun appareil ne soit éloigné de plus de 6 m de la conduite de distribution montante et du distributeur à proximité immédiate (👉 Rayon de 6 mètres). Disposer les cuisines et blocs sanitaires au centre afin d’éviter la présence de conduites de distribution montantes inutiles dans le bâtiment.

  • Utiliser une pompe de circulation pour faire tourner en permanence l’installation de circulation. Ceci est impératif pour les systèmes tuyau contre tuyau avec une conduite de circulation en matière synthétique.

5.3 L’étage dans un bâtiment de logements

La dernière étape consiste à acheminer l’eau vers les appareils. Contrairement aux tronçons de système traités plus haut, ici l’accent n’est pas mis sur les matériaux car en général, ce sont des tuyaux souples en matière synthétique qui sont mis en œuvre. Le maintien en température y joue un certain rôle car la séparation thermique doit être assurée également aux derniers mètres avant le soutirage. Sur ces derniers mètres avant le soutirage, il est cependant capital d’éviter tout risque de stagnation. En effet, dimensionner et poser les conduites de manière optimale permet de minimiser les volumes circulant dans les conduites et donc la stagnation de l’eau.

5.3.1 Etage | matériaux

Les matériaux utilisés à l’étage se distinguent de ceux des tronçons qui précèdent. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives aux matériaux.

  • Pour les conduites de soutirage, utiliser des tuyaux en matière synthétique au niveau du système de point de prélèvement individuel (p. ex. Nussbaum Optiflex avec Optiflex-Profix ou Optiflex-Flowpress). Alors que dans la centrale d’eau domestique et dans la conduite de distribution montante, il convient d’utiliser uniquement des matériaux métalliques, l’utilisation de matière synthétique à l’étage est légitime puisque le volume est faible du moment que le cheminement et le dimensionnement des conduites sont corrects et que l’évacuation se fait en 5 s max. (👉 Système de point de prélèvement individuel, 👉 Règle des 5 secondes).

  • Dimensionner les conduites pour permettre un débit optimisé.

5.3.2 Etage | température

Pour le maintien en température à l’étage, Nussbaum recommande les mesures suivantes. Observez aussi les principes généraux énoncés dans le chapitre 👉 Directives relatives à la température.

Robinetteries:

  • Utiliser un boîtier robinetterie à montage caché pour assurer la séparation thermique de l’eau chaude et de l’eau froide. Nussbaum propose des variantes adaptées pour les divers systèmes (70000 à 70019).

  • Utiliser un boîtier distributeur à montage caché. Celui-ci offre divers raccords optimisés et répond aux exigences de la directive W3:C3, 6.10.2, qui précise qu’il faut assurer une séparation thermique également au niveau du distributeur.

  • Dans la mesure du possible, installer une boîte au lieu d’une équerre de raccordement nue, afin d’éviter un transfert de chaleur par le robinet d’écoulement (p. ex. boîte Optiflex 84206 ou 85106).

Conduites de soutirage:

  • Poser séparément les conduites de soutirage dans le système de point de prélèvement individuel jusqu’aux appareils (👉 Système de point de prélèvement individuel).

    • Contrairement à ce qui se passe pour une installation en bouclage ou une installation avec té, on arrive ainsi à éviter un réchauffement de la conduite d’eau froide via le mitigeur (👉 Influence thermique sur le robinet de puisage).

    • En outre, il est ainsi possible de minimiser le volume des conduites et de respecter les temps de soutirage maximums pour l’eau chaude selon SIA 385/2:2015, 3.2 et 3.3 – la condition étant que le tronçon de la conduite de distribution montante à la fin du distributeur soit maintenu chaud, c.-à-d. isolé et d’une longueur inférieure à 1 m (👉 Conduite de distribution montante | température).

  • Ne pas isoler les conduites de soutirage d’eau chaude (SIA 385/1:2020, 5.4.1, W3/C3:2020, 6.15). Elles se refroidissent ainsi rapidement et ne demeurent que peu de temps à des températures critiques.

  • Ne pas isoler les conduites de soutirage d’eau froide (W3/C3:2020, 6.15).

  • Poser les conduites de soutirage dans le sol ou utiliser un système d’installation avec cadres de montage. La pose dans le sol permet souvent de réaliser le chemin le plus court du distributeur aux appareils. Le système d’installation avec cadres de montage et une préparation optimale des travaux permettent d’être flexible dans la disposition des appareils et d’accélérer le chantier.

  • Pour les conduites posées dans le sol, il convient de respecter l’espacement minimal de 10 cm entre les conduites d’eau froide et d’eau chaude.

 img
Section de sol (se reporter à W3/C3:2020, ann. 7, fig. 20)

1

Pose horizontale d’une conduite d’eau froide dans une entaille au sol

6

Isolation du sol

2

Pose horizontale d’une conduite d’eau chaude et de circulation dans une entaille au sol

7

Chape

3

Armature supérieure

8

Chauffage au sol

4

Armature inférieure

9

Sol en béton

5

Isolation aux bruits d’impacts

10

Pose dans le sol de conduites de soutirage d’eau froide et d’eau chaude (idéalement en les séparant)

Thermosiphons:

  • Pour les conduites maintenues chaudes:

    • Cas de figure où le distributeur est maintenu chaud (comme recommandé), c.-à-d. qu’il est distant de ≤ 1 m de la conduite de distribution montante maintenue chaude et que tous les composants, distributeur compris, sont isolés: Installer les thermosiphons avec les conduites de soutirage. A cette fin, il suffit que les conduites de soutirage soient montées en partant du distributeur et avec un coude suffisamment grand vers le bas.

    • Cas de figure où le distributeur (ceci n’étant pas recommandé) n’est pas maintenu chaud: Installer le thermosiphon déjà avant le distributeur (W3/C3:2020, 6.16), 👉 Conduite de distribution montante | température.

  • Pour les conduites n’étant pas maintenues chaudes: Installer les thermosiphons directement près du chauffe-eau dans la cave 👉 Centrale d’eau domestique | température.

Acheter maintenant

5.3.3 Etage | stagnation

A l’étage, la stagnation revêt une importance particulière. C’est pourquoi il existe à ce sujet toute une série de recommandations spécifiques de Nussbaum et de prescriptions issues de directives. Observez en plus les principes généraux énoncés au chapitre 👉 Directives relatives à la stagnation.

Volume des conduites:

Appareils peu utilisés:

  • Planifier idéalement les appareils pour une utilisation quotidienne. Autrement, contrôler s’ils sont vraiment indispensables.

  • Pour les appareils spéciaux peu utilisés (steamers, food center, lave-linge installés dans l’appartement ou robinets de jardin ou de balcon hors gel), faire une installation en bouclage via un appareil supplémentaire afin d’avoir une bonne circulation dans la conduite.

  • Installer aussi éventuellement un bouclage pour la conduite d’eau froide de la douche jusqu’au WC. Cela permet de renouveler plus souvent encore le volume de la conduite de raccordement aux appareils vers la douche.

 img
Pour le robinet de balcon, faire un bouclage via un appareil utilisé quotidiennement (se reporter à W3/C3:2020, ann. 5, fig. 15)

Exploitation et maintenance:

  • Durant l’exploitation, adopter un comportement qui se traduit par un soutirage régulier de l’eau stagnante.

    Remarque: Si le système est d’une conception optimale, il n’est en général pas nécessaire de faire appel à un rinçage automatique (👉 Systèmes de rinçage).

  • Détartrer régulièrement les douchettes et les brise-jets, et remplacer périodiquement les flexibles de douche.

  • En cas d’absence, prendre des mesures selon W3/C3:2020, 12.3 (👉 Mesures pour des stagnations courtes et prolongées selon W3/C3:2020, 12.3, tabl. 2). Lorsque l’on laisse s’écouler de l’eau froide ou chaude qui a stagné, on évite la formation d’aérosols.

    Remarque: Les mesures présupposent l’existence d’un système de distribution d’eau de boisson microbiologiquement stable et exploité de manière conforme à sa destination depuis des mois.

Durée de l’absence

Mesures avant l’absence

Mesures après l’absence

De 4 heures à 3 jours

Aucune

Laisser s’écouler l’eau de boisson pendant 5 s

Jusqu’à 7 jours

Aucune

Laisser s’écouler l’eau de boisson jusqu’à obtention d’une température constante

Jusqu’à 4 semaines

  • Fermer l’étage ou les groupes d’appareils.

ou

  • Fermer tous les robinets d’arrêt de la nourrice de distribution.

ou

  • Assurer le renouvellement périodique de l’eau de boisson.

  • Eau froide: sur tous les robinets de puisage ouverts à fond en position eau froide, laisser s’écouler de l’eau de boisson au moins jusqu’à obtention d’une température constante. Ouvrir idéalement plusieurs robinets à la fois.

  • Eau chaude: sur tous les robinets de puisage en position eau chaude, laisser s’écouler un filet d’eau chaude au moins jusqu’à obtention d’une température constante.

Absence prolongée / utilisation saisonnière

  • Fermer l’étage ou les groupes d’appareils.

ou

  • Fermer tous les robinets d’arrêt de la nourrice de distribution.

ou

  • Assurer le renouvellement périodique de l’eau de boisson.

ou

  • Charger le distributeur d’eau de couper l’eau sur la conduite de branchement du bâtiment.

  • Eau froide: sur tous les robinets de puisage ouverts à fond en position eau froide, laisser s’écouler de l’eau de boisson au moins jusqu’à obtention d’une température constante. Ouvrir idéalement plusieurs robinets à la fois.

  • Eau chaude: sur tous les robinets de puisage en position eau chaude, laisser s’écouler un filet d’eau chaude au moins jusqu’à obtention d’une température constante.

ou

  • Charger le distributeur d’eau de rétablir l’eau et effectuer un rinçage comme décrit plus haut.

Installations n’étant plus utilisées

Déconnecter les conduites non utilisées directement au niveau de la dérivation de la conduite de distribution et les fermer par un bouchon ou une cape. Tout autre type de fermeture n’est pas autorisé.

Mesures pour des stagnations courtes et prolongées selon W3/C3:2020, 12.3, tabl. 2

5.4 Etage dans un bâtiment de bureaux

Pour les bâtiments de bureaux, on peut se fonder sur le modèle à paliers de Nussbaum. Il faut cependant tenir compte des spécificités au cas par cas.

Nous vous soutenons volontiers pour des cas de figure spécifiques. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, envoyez-nous un courriel à info@nussbaum.ch. Vous pouvez lire ci-dessous plusieurs recommandations utiles.

Matériaux:

  • Pour les grands immeubles, utiliser un réducteur de pression d’étage pour résoudre les problèmes liés aux différentes zones de pression. On peut ainsi se passer de conduites de distribution montantes supplémentaires et économiser des conduites.

    Conseil: Utiliser les boîtiers à montage caché 70010 à 70014, qui peuvent être équipés directement d’une cartouche réductrice 11050.

Stagnation:

  • En présence d’un système conçu de manière optimale et de matériaux adéquats selon les recommandations de Nussbaum, il n’est en principe pas nécessaire de faire appel à des systèmes de rinçage. Lorsque les conduites sont plus grandes, il peut cependant être nécessaire d’assurer le rinçage régulier des conduites de distribution et colonnes montantes (👉 Systèmes de rinçage).

  • Selon l’utilisation faite des appareils correspondants, étudier si des raccordements d’eau chaude sont effectivement nécessaires.

  • Pour des robinetteries décentralisées dans des bâtiments sans appartements tels que bâtiments d’école et de bureaux, etc., prévoir seulement de l’eau froide. Là où il faut de l’eau chaude, monter un petit chauffe-eau instantané pour lavabo (67200.21, 67201.21) au niveau du robinet d’écoulement pour une eau chaude sur place.

Acheter maintenant

5.5 Etage dans les établissements d’hébergement médicalisés

Pour les installations sanitaires dans les établissements d’hébergement médicalisés tels que les homes médicalisés et les hôpitaux (à l’exception des blocs opératoires, unités de soins intensifs, laboratoires, etc.), ce sont les principes du modèle à paliers Nussbaum qui s’appliquent. Il arrive cependant souvent qu’il faille recourir à des solutions spéciales pour répondre à des exigences hygiéniques particulières.

Nous vous soutenons volontiers pour des cas de figure spécifiques. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, envoyez-nous un courriel à info@nussbaum.ch. Vous pouvez lire ci-dessous plusieurs recommandations utiles.

Matériaux:

  • Définir les exigences et principes qui régissent l’installation et les formuler par écrit dans un document destiné à l’intendance. Pour les mesures de construction, lier contractuellement les entreprises participantes afin qu’elles respectent les standards définis.

    Remarque: En l’absence de standards suisses (ou internationaux) généralement reconnus pour les hôpitaux, chaque établissement médical doit définir les siens propres.

  • Dans les immeubles critiques au niveau de l’hygiène tels que les hôpitaux, hôtels ou homes médicalisés, utiliser uniquement des matériaux qui présentent un faible apport de nutriments. A cette fin, une approche possible consiste à recourir uniquement à l’acier inoxydable pour l’installation entière, de la porte d’entrée jusqu’au point de prélèvement (y compris conduites de soutirage), les robinetteries étant quant à elles en bronze sans plomb.

  • Eviter toute pose dans le sol.

  • Utiliser des tuyaux flexibles et pommeaux de douches certifiés. Pour réduire la charge microbienne, utiliser des pommeaux de douches équipées d’un filtre de stérilisation et de flexibles auto-vidangeurs. Alternative: Ne pas utiliser de flexibles de douche et raccorder les pommeaux de douches directement à la conduite en acier inoxydable. Pour les lavabos, faire appel à des modèles sans trop-plein.

  • Pour les grands immeubles, utiliser un réducteur de pression d’étage pour résoudre les problèmes liés aux différentes zones de pression. On peut ainsi se passer de conduites de distribution montantes supplémentaires et économiser des conduites.

    Conseil: Utiliser les boîtiers à montage caché 70010 à 70014, qui peuvent être équipés directement d’une cartouche réductrice 11050.

Mode opératoire/entretien:

  • Pour le premier remplissage, respecter scrupuleusement les standards prescrits par Nussbaum et la directive W3/C3. Pour les immeubles critiques au niveau de l’hygiène, cette opération est d’une grande importance.

  • S’assurer de la réalisation d’un autocontrôle adéquat et d’un entretien régulier. Dans l’idéal, le fonctionnement correct de l’installation doit être contrôlé quotidiennement, ce qui nécessite de prévoir suffisamment de temps pour le personnel qui s’en occupe. Pour être optimal, le concept d’hygiène doit être bien assimilé par le personnel disponible. La planification doit se faire en consultation étroite avec les services techniques.

    Remarque: Les aspects hygiéniques des installations sanitaires ne peuvent être contrôlés que dans une mesure très limitée par l’automatisation du bâtiments. On peut mettre en œuvre utilement cette technologie pour la mesure des températures.

  • Pour les derniers mètres critiques, veiller au renouvellement périodique des appareils (douchettes, flexibles). La périodicité des remplacements doit être nettement plus élevée que pour les bâtiments résidentiels.

Au niveau de la température:

  • Il convient d’accorder une attention toute particulière aux indications de température selon SIA 385/1:2020, 3.2.1.4, 3.2.3, 3.2.4 et W3/C3:2020, 6.1.6. Pour assurer des conditions hygiéniques optimales, il faut, par rapport aux limites maximales et minimales, prévoir une certaine marge.

    Remarque: Au niveau de la température surtout, les conditions préalables doivent être remplies dès le départ. Les désinfections thermiques périodiques ne résoudront pas les problèmes de fond. Dans le pire des cas, cela se traduit par la formation de germes thermorésistants (voir SIA 385/1:2020, annexe B.2).

  • S’assurer de la séparation thermique de l’eau froide et de l’eau chaude, ce aussi pour les modules préfabriqués pour salle de bain. Si nécessaire, renouveler la pose et les raccordements des conduites selon les exigences de la directive W3/C3.

  • Pour surveiller les températures définies, faire appel éventuellement à l’automatisme du bâtiment.

Stagnation:

  • Une fois les travaux terminés et les conduites remplies, s’assurer que la circulation à l’intérieur soit continue.

  • Réaliser des bouclages de conduites sur des appareils fréquemment utilisés. Pour les bâtiments résidentiels, on recommande en général de boucler la conduite d’eau froide de la douche au WC, car l’eau dans la douche se pulvérise et les légionelles risquent de s’introduire dans les voies respiratoires. Dans un hôpital, il peut même être avantageux de boucler les conduites d’eau froide et d’eau chaude de toutes les robinetteries au lavabo, dans la mesure où le personnel de l’intendance l’utilise quotidiennement dans son travail, ce qui implique aussi un rinçage. Comme cela se traduit par une interaction thermique défavorable, le personnel doit impérativement assurer le renouvellement de l’eau de boisson.

  • En présence d’un système conçu de manière optimale et de matériaux adéquats selon les recommandations de Nussbaum, il n’est en principe pas nécessaire de faire appel à des systèmes de rinçage. Pour des immeubles devant répondre à des exigences hygiéniques particulières, il se peut cependant qu’il soit nécessaire d’assurer un rinçage régulier, ce d’autant plus dans des pièces non utilisées.

    • Pour s’assurer que ces tâches soient entièrement assurées, il convient de les confier à une personne qui s’en occupe personnellement. Or, le personnel de l’intendance est tout indiqué pour ce travail.

    • Dans ce contexte, l’efficacité des stations de rinçage est limitée (voir 👉 Systèmes de rinçage).

    • On peut raccorder si nécessaire un robinet de puisage électronique pour s’assurer que la conduite complète soit rincée régulièrement, douchette comprise.

Acheter maintenant