Hygiène de l’eau de boisson – L'installation est la solution

4 Thématiques divisées en focus

Les thématiques se focalisent sur les opérations à réaliser dans les diverses phases de construction en tenant compte des facteurs qui interviennent dans le modèle par paliers de Nussbaum.

 img

1

Les premiers mètres dans le bâtiment

2

Etapes décisives pour une eau de boisson propre

3

Production d’eau chaude

4

Distribution

5

Les derniers mètres avant le soutirage

6

Limites systémiques pour l’eau de boisson

7

Objets spéciaux

4.1 Focus 1: Les premiers mètres dans le bâtiment

A partir du compteur d’eau ou du premier robinet d’arrêt, la responsabilité pour la qualité de l’eau de boisson passe du fournisseur au maître d’œuvre. Il convient alors pour ce dernier d’assurer des installations correctes qui fassent circuler l’eau sans que sa qualité soit altérée.

Pour ce faire, il faut tenir compte des trois facteurs d’influence suivants: en utilisant les matériaux corrects et en réalisant les opérations qui s’imposent, prévenir les contaminations et apports de nutriments; par le maintien en température correct, éviter la prolifération des germes, et, troisième facteur, tenir compte des risques inhérents à une eau stagnante.

Mesure

Facteur d’influence

  • Utiliser de l’acier inoxydable et du bronze.

Matériaux corrects et opérations à réaliser

  • Pour l’installation, mettre en œuvre des composants sans plomb répondant aux normes de l’OPBD:2018 et Minergie-ECO.

  • Utiliser des robinetteries hygiéniques qui attestent de la certification SSIGE.

  • Utiliser un filtre à rinçage à contre-courant automatique.

  • Attendre de déballer les tuyaux, raccords et robinets jusque peu avant leur montage et les entreposer à l’abri de toute action environnementale telle que poussières, chaleur, gel, rayonnement UV ou agents chimiques.

  • Respecter les directives de montage.

  • En vue d’optimiser les points de raccord et le dimensionnement, utiliser une nourrice de distribution en acier inoxydable réalisée sur mesure par Nussbaum:
    www.nussbaum.ch/prestations

  • Dans la mesure où c’est nécessaire, protéger les conduites contre l’action de la chaleur.

Maintien en température

  • Utiliser la robinetterie d'arrêt avec technique de robinet optimale (écoulement libre).

Tenir compte de la stagnation

  • Utiliser le boîtier de raccordement (12085 Boîtier de raccordement) avec couvercle de boîtier (12091 Couvercle de boîtier) comme mesure provisoire de chantier. La nourrice de distribution demeure ainsi sèche pendant que la conduite d’amenée est déjà rincée par des prélèvements d’eau pour le chantier.

  • Enlever les tronçons de conduite sans écoulement d’eau > 4 x le diamètre intérieur:

    • Ne pas monter de dérivations de filtre > 4 x le diamètre intérieur.

    • Renoncer à des raccordements de réserve.

    • Sur l’installation, retirer comme il se doit les tronçons de conduite qui ne sont plus utilisés.

  • Les conduites peu utilisées sont à raccorder par bouclage avec un robinet de puisage utilisé fréquemment.

  • Respecter les valeurs limites fixées dans l’OPBD (Valeurs limites fixées dans l’OPBD)

Tenir compte des matériaux corrects et des opérations à réaliser /
stagnation

4.1.1 Valeurs limites fixées dans l’OPBD

L’eau de boisson doit répondre à des exigences microbiologiques et chimiques qu’il faut respecter. Pour ce qui est des valeurs limites fixées dans l’OPBD, il faut tenir compte des points suivants:

4.1.1.1 Exigences microbiologiques relatives à l’eau de boisson (OPBD:2018, annexe 1)
 img
Extrait de l’OPBD:2018, annexe 1
4.1.1.2 Exigences microbiologiques relatives à l’eau dans les installations de baignade et de douche accessibles au public (OPBD: 2018, annexe 5)
 img
Extrait de l’OPBD:2018, annexe 5
4.1.1.3 Exigences chimiques relatives à l’eau de boisson (OPBD:2018, annexe 2)
 img
Extrait de l’OPBD:2018, annexe 2

4.2 Focus 2: Etapes décisives pour une eau de boisson propre

Pour l’installation et, par la suite, la surveillance et la maintenance du système, il convient de respecter certaines opérations pour s’assurer que l’eau de boisson soit d’une qualité irréprochable. Il s’agit plus précisément des opérations suivantes:

  • Essai de pression

  • Premier remplissage et rinçage

  • Mise en service et réception

  • Maintenance

  • Prises d’échantillons

4.2.1 Essai de pression

Lors de l’essai de pression, le moment où l’installation est remplie d’eau est décisif au niveau de l’hygiène. Il s’agit en effet de savoir combien de temps l’eau stagne dans les conduites.

C’est pourquoi nous conseillons, dans un premier temps, un essai d’étanchéité à l’air (150 mbars), puis d’attendre le premier remplissage / la mise en service pour un essai final avec de l’eau à la pression d’exploitation (méthode d’essai A). Cette opération devrait être réalisée dans les 72 h avant l’exploitation normale.

Pour toute information complémentaire et des procès-verbaux d’essai sur les essais de pression, veuillez consulter le site web de Nussbaum:
www.nussbaum.ch/essai_etancheite

4.2.2 Premier remplissage et rinçage

Au premier remplissage, la préoccupation principale est d’assurer dès le départ l’alimentation de l’installation par une eau de boisson hygiénique, impeccable et propre.

La directive SSIGE W3/C3:2018, 5 contient des instructions détaillées sur le premier remplissage et le rinçage, dont en particulier les suivantes:

  • Toutes les conduites d’eau de boisson doivent être rincées au plus tôt 72 h avant leur exploitation normale. Lorsque s’écoulent plus de 72 heures entre le premier remplissage/rinçage et l’exploitation, le contenu des conduites doit être renouvelé toutes les 72 heures.

  • S’assurer que l’eau soit suffisamment renouvelée dans la conduite de branchement du bâtiment.
    Nussbaum recommande à cet effet le boîtier de raccordement (12085 Boîtier de raccordement) avec couvercle de boîtier (12091 Couvercle de boîtier). Dès la phase de construction, la conduite de branchement du bâtiment peut ainsi déjà être rincée rien que pour le prélèvement d’eau à l’usage du chantier. Ceci est d’autant plus important que la conduite de branchement du bâtiment doit à nouveau être proprement rincée avant le montage du filtre fin.

  • Assurer le débit nécessaire dans la conduite de distribution durant le rinçage, jusqu’à obtention d’une eau de boisson de qualité. En fonction du diamètre nominal de la conduite de distribution, on ouvrira un nombre minimum de robinets de puisage alimentés par la conduite de distribution.

Diamètre nominal le plus grand de la conduite de distribution dans le tronçon à rincer

DN 20

DN 25

DN 32

DN 40

DN 50

DN 65

DN 80

Nombre minimal de robinets de puisage DN 15 à ouvrir

3

5

7

12

18

31

46

4.2.3 Mise en service et réception

A la mise en service de l’installation complète ou de certains tronçons seulement, les aspects suivants doivent être contrôlés et consignés:

  • Température de l’eau chaude dans le réservoir: 60 °C

  • Température de l’eau chaude après 7 soutirages: min. 50 °C

  • Température de l’eau froide après 30 secondes: max. 25 °C

  • Une fois le premier remplissage et le rinçage terminés: contrôler l’odeur, le goût et l’aspect de l’eau de boisson aux points de soutirage.

C’est alors seulement que l’installation est prête pour être réceptionnée par le propriétaire/exploitant. Ces opérations doivent faire l’objet d’un procès-verbal.

A compter de cette date, c’est le propriétaire/exploitant qui est responsable de l’exploitation normale de l’installation. Si elle n’est pas encore prête pour une exploitation normale, il importe de convenir de mesures appropriées avec le propriétaire/exploitant et de les réaliser.

4.2.4 Maintenance

La fréquence recommandée pour les inspections et l’entretien périodique dépend des facteurs suivants:

  • Taille et complexité de l’installation sanitaire

  • Nature de l’utilisation de l’eau (boisson, cuisson, douche, usage médical, etc.)

  • Consommateur (sensibilité)

  • Intensité de l’exploitation de l’installation sanitaire (permanente, périodique, saisonnière, etc.)

La directive SSIGE W3/C2:2013 prévoit, entre autres, les périodicités suivantes pour la maintenance:

Composant et élément du système

Inspection

Maintenance de routine

Filtre lavable à contre-courant
Finesse du filtrage de 80 µm à 150 µm

Tous les 2 mois

Filtre sans rinçage à contre-courant
Finesse du filtrage de 80 µm à 150 µm

Au minimum tous les 6 mois

Filtre
Finesse du filtrage < 80 µm

Tous les 2 mois

Soupape antivide d’extrémité HB
pour tuyaux souples

Une fois par an

Une fois par an

Inverseur à retour automatique HC

Une fois par an

Clapet anti-retour EA
contrôlable

Une fois par an

Une fois par an

Clapet anti-retour EB
non contrôlable

Une fois par an

Remplacement tous les 10 ans

Disconnecteur CA
à zones de pression différentes non contrôlables

Une fois par an

Disconnecteur BA
à zone de pression réduite contrôlable

Une fois par an selon le contrat de maintenance

Réducteur de pression

Une fois par an

Une fois par an

Adoucisseur

Tous les 2 mois

Une fois par an

Groupe de sécurité
pour eau d’expansion

Tous les 6 mois

Une fois par an

Soupape de sécurité
pour eau d’expansion

Tous les 6 mois

Une fois par an

Chauffe-eau

Tous les 6 mois

Une fois par an

Conduites

Une fois par an

4.2.5 Prises d’échantillons

Le prélèvement d’échantillons d’eau sert à contrôler la contamination microbiologique. En plus d’établir l’efficacité ou non de l’auto-contrôle et des mesures appliquées, on constate ainsi si une qualité impeccable de l’eau de boisson est effectivement assurée.

Pour optimiser le prélèvement des échantillons d’eau, il est recommandé de monter des robinets pour prise d’échantillon. La disposition de ces robinets dépend du réseau de conduites. La présence de robinets pour prise d’échantillon est toujours nécessaire aux endroits suivants :

  • Au point d’entrée de l’eau dans le bâtiment (après le compteur d’eau)

  • A la sortie du chauffe-eau

  • Dans le circuit d’eau chaude, avant son entrée dans le réservoir

Toute prise d’échantillon doit être réalisée par une personne qualifiée. Il est préférable de prélever l’installation d’eau chaude et l’installation d’eau froide de manière séparée. Les échantillons d’eau mitigée doivent être évités car ils compliquent l’interprétation des résultats. Cependant, cette règle ne peut pas toujours être respectée avec les mitigeurs à levier. Dans ce cas, il faut veiller, pour le prélèvement d’eau chaude, à ce que le levier soit clairement positionné sur la position eau chaude. Il en va de même pour le prélèvement d’eau froide.

Les étapes suivantes sont effectuées pour le prélèvement d’eau à partir de robinetteries de prélèvement (s’appliquent aux échantillons d’eau chaude et d’eau froide):

1. Préparer le point de prélèvement:

  • Retirer les brise-jet ou les autres éléments de robinetterie.

  • Désinfecter le point d’écoulement de la robinetterie de prélèvement à la flamme (solution préférée), par pulvérisation d’alcool (éthanol 70 %) ou avec un tampon imbibé d’alcool.

2. Laisser couler de l’eau de la robinetterie de prélèvement:

  • Ouvrir la robinetterie de prélèvement, régler un jet d’eau pas trop puissant.

  • Laisser couler 1 à 3 litres d’eau dans un récipient de mesure et jeter l’eau.

3. Remplir le récipient à échantillon:

  • Immédiatement après (sans fermer ni réouvrir la robinetterie de prélèvement), verser l’eau dans le récipient à échantillon stérile. Le volume prélevé doit comprendre 250 ml au minimum. Pour la collecte d’eau stagnante, un volume maximal d’un litre est recommandé.

  • Fermer le récipient.

4. Mesurer la température lors du prélèvement:

  • Immédiatement après, verser env. 250 ml d’eau dans un récipient de mesure.

  • Mesurer immédiatement la température de l’eau et la consigner sous l’appellation «Température de l’échantillon prélevé».

5. Mesurer la température de l’eau avec une température constante:

  • En attendant l’obtention d’une température constante, laisser couler l’eau de la robinetterie de prélèvement dans un récipient de mesure.

  • Mesurer la température de l’eau dans le récipient de mesure et la consigner comme «température constante», idéalement avec indication de la durée qui s’est écoulée avant d’atteindre la température constante.

Remarques: La périodicité d’une prise d’échantillon dépend de l’évaluation des risques auxquels est soumise l’installation. Pour les installations privées, il n’existe pas d’exigences microbiologiques auxquelles doit répondre l’eau de boisson. Pour les installations publiques, certaines exigences de base sont définies par l’OPBD:2018 (Valeurs limites fixées dans l’OPBD).

4.3 Focus 3: Production d’eau chaude

La température est une valeur critique: son contrôle permet de maintenir la contamination microbiologique de l’eau à un niveau faible. C’est pourquoi il importe de tenir compte de certains points pour le chauffage et la distribution de l’eau chaude.

Mesure

Facteur d’influence

  • Observer les températures d’eau chaude selon SIA 385/1:2011, 3.2.4:

    • 60 °C à la sortie du chauffe-eau

    • 55 °C dans les conduites maintenues chaudes (jusqu’au distributeur compris)

    • 50 °C au point de prélèvement

Maintien en température

  • Utiliser des thermosiphons pour empêcher le refroidissement par la circulation de contre-courants à l’intérieur des conduites. La hauteur du thermosiphon doit être au moins 7 x supérieure au diamètre intérieur du tuyau ou être au minimum de 15 cm (SIA 385/1:2011, 5.5.4).

    • Pour les conduites non maintenues chaudes: Monter les thermosiphons directement près du chauffe-eau.

    • Pour les conduites maintenues chaudes: Installer les thermosiphons avant les conduites de soutirage.

  • Distribution grossière et distribution fine de l’eau chaude Focus 4: Distribution et Focus 5: Les derniers mètres avant le soutirage.

  • Pour le chauffe-eau, prévoir une capacité correspondant au max. à une journée de consommation.

Tenir compte de la stagnation

4.4 Focus 4: Distribution

Les premiers mètres dans le bâtiment ont été parcourus, et l’eau est chaude. A présent, il convient de distribuer l’eau froide et l’eau chaude dans le bâtiment.

Pour la mise en œuvre des colonnes montantes, les trois facteurs agissant sur l’hygiène de l’eau de boisson sont d’une importance égale. Il convient tout d’abord de choisir les matériaux adéquats pour empêcher l’apport de nutriments. Deuxièmement, l’eau froide et l’eau chaude doivent être maintenues à une même température. Enfin, il faut prévenir autant que possible les risques de stagnation.

Mesure

Facteur d’influence

  • Utiliser de l’acier inoxydable et du bronze.

Matériaux corrects et opérations à réaliser

  • Pour l’installation, mettre en œuvre des composants sans plomb répondant aux normes de l’OPBD:2018 et Minergie-ECO.

  • Utiliser des robinetteries hygiéniques qui attestent de la certification SSIGE.

  • Pour l’eau froide, observer une température maximale de 25 °C.

Maintien en température

  • Lorsque les conduites d’eau froide et d’eau chaude se superposent, celles de l’eau chaude doivent être situées au-dessus de celles de l’eau froide (W3:2013, 4.1).

  • Dans la gaine montante, réaliser une séparation thermique entre l’eau chaude et l’eau froide:

    • Séparer les colonnes montantes d’eau chaude et d’eau froide.

    • La valeur de leur isolation thermique doit être supérieure à la valeur d’isolation pour l’intérieur du bâtiment.

  • La séparation thermique et l’isolation des conduites d’eau froide et d’eau chaude doivent aller jusqu’au distributeur et tout au long de celui-ci.

  • Si le distributeur d’eau chaude est à ≤ 1 m de la conduite maintenue chaude et que tous les composants sont intégralement isolés, ce tronçon de conduite ne doit pas être inclus dans le calcul du temps de soutirage (SIA 385/2:2015, 4.1.4). Pour des distances supérieures, Nussbaum recommande de raccorder par bouclage la conduite d’eau chaude jusqu’au niveau du boîtier robinetterie à montage caché, ce pour assurer un maintien optimal de la chaleur (Distribution).

  • Bien planifier l’installation de circulation

    • Régulateur de circulation thermique pour un réglage optimal de la température

    • Régulateur de circulation électronique pour la surveillance et la régulation de la température, ainsi que pour la commande d’autres composants

    • Dimensionnement correct du système de circulation

    • Choix de la pompe de circulation adéquate: Pompe à régulation de vitesse pour vitesses d’écoulement adaptables

  • Pour prévenir toute stagnation, faire tourner en permanence une pompe de circulation dans l’installation à circulation.

    • Optimal au niveau hygiénique: Poser la conduite de circulation séparément avec Optipress-Aquaplus (acier inoxydable).

    • Un système tuyau contre tuyau avec une conduite de circulation en matière synthétique doit toujours inclure des pompes fonctionnant en continu.

Tenir compte de la stagnation

  • Utiliser la robinetterie d'arrêt avec technique de robinet optimale (écoulement libre).

  • Pour les tuyaux et les conduites, réaliser un dimensionnement optimal. Si des réserves sont prévues, elles devraient se situer dans la colonne montante et non sur les derniers mètres.

    Conseil: Utilisation des différents outils de dimensionnement sur la page d'accueil Nussbaum :
    www.nussbaum.ch/determination_diametre_conduites

 img
Distribution

4.5 Focus 5: Les derniers mètres avant le soutirage

La dernière étape consiste à acheminer l’eau vers les appareils. Pour les derniers mètres avant le soutirage, Nussbaum recommande un système de point de prélèvement individuel doté de conduites de soutirage avec un dimensionnement optimal. Le temps de soutirage est ainsi maintenu à un niveau faible et l’eau stagnante est rapidement évacuée.

Mesure

Facteur d’influence

Maintien en température

  • Utiliser un boîtier distributeur à montage caché (disponible dans l’assortiment de Nussbaum à partir de 2020) pour assurer la séparation thermique jusqu’aux conduites de soutirage.

  • En partant du distributeur, poser les tuyaux pour l’eau froide et l’eau chaude selon le système de point de prélèvement individuel, dans la gaine de protection jusqu’aux appareils.

    Remarque: Alors que pour les installations à raccordement par bouclage et les installations avec tés, le côté eau chaude chauffe la conduite d’eau froide via le mitigeur, le système de point de prélèvement individuel permet une meilleure séparation thermique.

  • Pour le cheminement de l’eau chaude et de l’eau froide dans le sol, prévoir un écart minimal de 10 cm.

  • Ne pas isoler les conduites de soutirage d’eau chaude (SIA 385/1:2011, 5.4.1). Elles se refroidissent ainsi rapidement et ne demeurent que peu de temps à des températures critiques.

  • Ne pas isoler les conduites de soutirage d’eau froide.

  • Utiliser des thermosiphons pour empêcher le refroidissement par circulation à contre-courants à l’intérieur des conduites (SIA 385/1:2011, 5.5). La hauteur du thermosiphon doit être au moins 7 x supérieure au diamètre intérieur du tuyau ou être au minimum de 15 cm (SIA 385/1:2011, 5.5.4). Le montage d’un thermosiphon peut être planifié comme suit:

    • Si le distributeur est maintenu chaud: à partir du distributeur, les conduites de soutirage doivent être montées vers le bas avec un coude suffisamment grand (Système de point de prélèvement individuel).

    • Si le distributeur n’est pas maintenu chaud: monter le siphon thermique avant le distributeur ou près de la sortie du réservoir.

  • Observer les temps de soutirage maximums selon SIA 385/2:2015, 3.2 et 3.3:

    • 15 secondes pour les conduites non maintenues chaudes

    • 10 secondes pour les conduites maintenues chaudes

    Remarque: Le prélèvement proprement dit de l’eau chaude commence après le temps de soutirage, soit dès que la limite d’utilisation de 40 °C au point de soutirage est atteinte (SIA 385/2:2015, annexe G.2).

Sont utiles à ce sujet les tableaux avec les temps de soutirage et la perte de pression en présence de divers débits volumiques et dimensions de tuyaux. Se reporter au manuel technique sur le site web de Nussbaum :
www.nussbaum.ch/determination_diametre_conduites

  • Pour les tuyaux et les conduites dans le système de point de prélèvement individuel, réaliser un dimensionnement optimal.

    • Utiliser à cet effet les divers auxiliaires techniques sur le site web de Nussbaum :
      www.nussbaum.ch/determination_diametre_conduites

    • Pour les conduites de soutirage, ne pas dépasser une longueur maximale de 9 mètres (Système de point de prélèvement individuel), afin de limiter leur contenu et le temps de soutirage (Règle des 9 mètres).

Tenir compte de la stagnation

  • Durant l’exploitation, adopter un comportement qui se traduit par un soutirage régulier de l’eau stagnante (Règles de conduite pour l’exploitation).

    Remarque: Si le système est d’une conception optimale, il n’est en général pas nécessaire de faire appel à un rinçage automatique. Les systèmes de rinçage sont en outre inopérants aux endroits critiques tels que les flexibles de douche et les douchettes.

 img
Système de point de prélèvement individuel

4.5.1 Règle des 9 mètres

Le système de point de prélèvement individuel permet d’utiliser des conduites de section minimale et d’éviter des volumes cumulés importants. Ceci permet un écoulement rapide du contenu de la conduite. Ainsi, il faut tout au plus 5 secondes pour obtenir une eau chaude ou froide.

Voici la quantité d’eau obtenue pour une conduite de soutirage de maximum 9 m (Système de point de prélèvement individuel):

Appareils de 1 LU avec tuyau 16 x 3.8

0.5 l (5 s)

Appareils de 2 LU avec tuyau 16 x 2.2

0.9 l (5 s)

Appareils de 3 LU avec tuyau 20 x 2.8

1.4 l (5 s)

Cela permet de purger les accessoires d’extrémité (p. ex. douchette, flexible de douche, brise-jet) et d’en évacuer l’eau stagnante.

Remarque: Cette procédure est conforme aux principes du calcul des valeurs limites. Lorsque l’on mesure les valeurs limites chimiques fixées dans l’OPBD, il faut ignorer les premiers 500 ml. Pour les mesures microbiologiques, il faut même laisser s’écouler au moins un litre (Prises d’échantillons).

4.5.2 Règles de conduite pour l’exploitation

Si l’on n’adopte pas un comportement adéquat, même la meilleure installation ne pourra tenir ses promesses. Les mesures suivantes sont utiles pour prévenir la stagnation et évacuer toute eau stagnante, afin d’avoir toujours une eau de boisson de qualité supérieure:

Durée de l'absence

Mesures avant l’absence

Mesures après l’absence

de 4 heures à 3 jours

Aucune

Laisser s’écouler un peu d’eau de boisson

jusqu’à 7 jours

Aucune

Laisser s’écouler jusqu’à température constante

jusqu’à 4 semaines

  • Fermer le robinet d’arrêt

  • Renouveler régulièrement l’eau de boisson

  • Eau froide ouverte à fond, jusqu’à température constante

  • Eau chaude ouverte un peu, jusqu’à température constante

Absence prolongée

  • Fermer le robinet d’arrêt

  • Renouveler régulièrement l’eau de boisson

  • Fermeture de la conduite de branchement du bâtiment

  • Eau froide ouverte à fond, jusqu’à température constante

  • Eau chaude ouverte un peu, jusqu’à température constante

  • Rebranchement de la conduite de branchement du bâtiment

Absence d’utilisation

Déconnexion au niveau de la dérivation de la conduite de distribution à l’aide d’un bouchon ou d’une cape de fermeture

4.6 Focus 6: Limites systémiques pour l’eau de boisson

A l’intérieur comme à l’extérieur des bâtiments, on retrouve souvent des connexion où l’eau de boisson peut entrer en contact avec des fluides d’autres catégories (Catégories d’eau). En vue de prévenir toute contamination de l’eau de boisson, on fait appel à des organes de sécurité pour protéger les diverses catégories d’eau de boisson.

4.6.1 Catégories d’eau

Selon la directive SSIGE W3/C1:2013 et selon leur usage, les divers fluides sont divisés en 5 catégories:

Catégorie 1:

Eau destinée à la consommation humaine, puisée directement dans une installation d’eau de boisson et répondant aux dispositions de la loi sur les denrées alimentaires.

Catégorie 2:

Fluide ne présentant pas de risque pour la santé humaine. Il s’agit en l’occurrence de fluides convenant pour la consommation humaine, y compris de l’eau issue d’une installation d’eau de boisson et susceptible de présenter une altération du goût, de l’odeur, de la couleur ou de la température (eau chaude ou refroidie).

Exemples: eau de boisson chaude, refroidie ou avec jus de fruits, soupes, café, eau de cuisson de denrées alimentaires, etc.

Catégorie 3:

Fluide présentant un risque pour la santé humaine du fait de la présence d’une ou de plusieurs substances toxiques.

Exemples: eau de chauffage sans additifs, eau avec antigel, eau de rinçage de lave-vaisselle et d’autres appareils de cuisine, eau de chasse, équipement de cabinet dentaire, etc.

La limite entre la catégorie 3 et la catégorie 4 correspond à LD 50 = 200 mg/kg de masse corporelle en référence à la Directive européenne 93/21/CEE du 27 avril1993.

Catégorie 4:

Fluide présentant un risque pour la santé humaine du fait de la présence d’une ou de plusieurs substances toxiques, voire de substances particulièrement toxiques, ou encore de plusieurs substances radioactives, mutagènes ou cancérigènes.

Exemples: eau avec tensio-actifs, eau avec produits de désinfection, eau avec algicides, eau de chauffage avec additifs, etc.

Catégorie 5:

Fluide présentant une menace pour la santé des hommes par la présence d’agents infectieux microbiens ou viraux, de maladies transmissibles.

Exemples: eau de pluie, eau de piscine, eau de lave-linge, eau de WC, eau d’abreuvoirs, etc.

4.6.2 Protection contre les retours d’eau avec les produits RN selon W3/C1

Selon le cas de figure, on peut utiliser divers dispositifs de sécurité pour séparer l’eau non destinée à la consommation humaine (catégories 2 à 5) du réseau de distribution d’eau de boisson:

Dispositif de sécurité

Sécurité

Clapet anti-retour EA contrôlable (p. ex. 15101 Clapet anti-retour EA)

jusqu’à cat. 2

Disconnecteur CA à zones de pression différentes non contrôlables (p. ex. 15090 Disconnecteur CA)

jusqu’à cat. 3

Disconnecteur BA à zone de pression moyenne contrôlable (p. ex. 15078 Disconnecteur BA)

jusqu’à cat. 4

Station de séparation et de sécurité AB à écoulement libre ≥ 2 cm (p. ex. 15068 Station de séparation et de sécurité AB)

jusqu’à cat. 5

4.6.3 Exemples d’utilisation

  • Pour l’adoucisseur d’eau, on utilisera une garniture de raccordement dotée d’un clapet anti-retour EA.

  • Pour le réapprovisionnement direct du chauffage, on utilisera un disconnecteur CA.

  • Les conduites d'extinction d'incendie sont gérer séparément avec un disconnecteur BA.

  • Pour le réapprovisionnement en eau d’une piscine, on utilisera une station de séparation et de sécurité AB.

4.7 Focus 7: Objets spéciaux

Pour les objets spéciaux tels que bâtiments publics, foyers médicalisés, hôpitaux, etc., on peut se baser sur le modèle par niveau de Nussbaum. Il arrive cependant souvent qu’il faille recourir à des solutions spéciales pour répondre à des exigences particulières.

Nous vous soutenons volontiers pour des cas de figure spécifiques. Pour obtenir des renseignements, envoyez-nous un courriel à info@nussbaum.ch.

Ci-dessous, voici quelques exemples de solutions ponctuelles pour des objets spéciaux:

  • Pour des conduites de très grande section ou pour une exploitation saisonnière:

    • Easy-Matic pour rinçages automatiques

  • Pour des robinetteries décentralisées dans des bâtiments non habités tels que bâtiments d’école et de bureaux, etc.:

  • Pour des objets spéciaux devant répondre à des exigences hygiéniques particulières:

    • Installation entièrement en acier inoxydable (y compris conduites de soutirage)

    • Développement d’un concept de rinçage pour le personnel d’exploitation et de maintenance

    • Flexibles et douchettes certifiés devant être périodiquement remplacés, ou décision de ne monter ni flexibles ni douchettes

    • Raccorder par bouclage l’eau froide de la douche avec les WC