Un circuit bouclé et une autarcie parfaite

Distribution d’eau au refuge Hörnli, au pied du Cervin


Le refuge Hörnli est rénové. Pour le moment, il est encore en hibernation, mais dans trois mois bien sonnés, les alpinistes s’en serviront à nouveau comme point de départ pour l’ascension du célèbre Cervin. L’approvisionnement en eau de ce logis en haute montagne constitue une solution globale réalisée par R. Nussbaum SA, partenaire important du projet Hörnlihütte 2015.
Texte: Köbi Gantenbein / Photos: Michel Bonvin & Roland Spring


Pour une fois, R. Nussbaum SA a été amené à honorer sa devise «Bien installé» en haute montagne, sous la neige et la glace. Car, dans le cadre d’un projet de transformation de grande envergure au pied du Cervin, les planificateurs et installateurs ont équipé le refuge Hörnli de robinetteries et systèmes d’installation Nussbaum en vue de l’approvisionnement en eau fraîche. Pour Kurt Lauber, le gardien du refuge, commence en été une ère nouvelle, avec de l’eau dans tous ses états: fraîche, froide et chaude. 

Dites-moi, Kurt Lauber, en quoi le refuge Hörnli est-il différent des autres refuges en ce qui concerne l’approvisionnement en eau?
Pour tous les refuges de montagne se trouvant à plus de 3000 mètres, le principal défi est le manque d’eau chronique. En outre, comme le refuge Hörnli est situé sur une crête, les eaux d’écoulement descendent directement dans les vallées, et nous n’en voyons jamais la couleur. Mais grâce à l’ingéniosité de nos ingénieurs sanitaires, le refuge disposera désormais de suffisamment d’eau.

Dans le quotidien au refuge, quelles sont les activités gourmandes en eau?
En période de grande affluence, ce sont de toute évidence les chasses d'eau des WC. 

Quel est la mauvaise surprise qu’il faut éviter à tout prix?
Comme le refuge Hörnli est situé à l’écart de tout, le fonctionnement sans faute de l’approvisionnement en eau et en énergie est un peu notre cordon ombilical, et donc capital pour nous.

La planification de ce fameux «cordon ombilical» avait été confiée au bureau d’ingénieurs Lauber IWISA de Brigue. Pascal Zenhäusern était chargé de la gestion du projet. Comment avez-vous conçu l’approvisionnement en eau fraîche du refuge?
L’eau fraîche provient de la fonte naturelle des eaux qui se rassemblent dans un lac situé à 3030 mètres d’altitude. L’eau destinée au refuge est stockée dans une cuve de 180m3 enfouie dans la terre. Une conduite d’eau (à 25 bars) en surface et se vidant automatiquement mène aux cuves de consommation hebdomadaire de 40m3 installées à côté du refuge, à 3260 mètres d’altitude.

Pour les planificateurs de cette installation, quels ont été les défis à relever?
Dès le départ, il n’était pas question de faire un essai. Il fallait que tout marche du premier coup, en utilisant des produits de qualité, entre autres Optiarmatur, Optipress-Aquaplus et Optiflex-Profix de Nussbaum, qui sont assurés de fonctionner durablement et avec fiabilité dans un climat très dur. L’installation d'eau domestique devait en outre intégrer un dispositif pour le traitement des eaux usées provenant des douches et des éviers. Cette eau grise est utilisée à son tour pour les chasses d’eau.

Quant aux installateurs de ce système, quels défis ont-ils eu à relever?
Quand on travaille à 3260 mètres d’altitude, il est impossible de tenir le même rythme qu’au niveau de la mer. L’air y est nettement moins dense que dans une vallée. Les monteurs habitaient au refuge Hörnli, et leurs journées de travail pouvaient compter jusqu’à 12 heures.

Comment fonctionne la vidange automatique?
Dès que la pompe s’arrête, une vanne magnétique en amont de la pompe s’ouvre, et la totalité de l’eau à l’intérieur des conduites est refoulée dans la cuve. La cuve hebdomadaire recueille non seulement l’eau de fonte issue du lac, mais aussi celle qui provient du toit du refuge.

Quelles sont les conséquences de ce double recueillement pour l’installation d’eau domestique?
Il peut y avoir un trop-plein dans les cuves. S’il arrive que la pompe ne s’arrête pas, cela ne présente pas de gros problème. On a également monté une installation de filtrage UV. Une fois la pression augmentée, l’eau de fonte est filtrée et stérilisée. Ensuite, elle est bouillie afin d’être rendue propre à la consommation et à la cuisine. La chaleur des collecteurs solaires de la centrale de cogénération sert à soutenir la production de chaleur, ce qui permet de réduire les besoins en gaz pour la stérilisation par de l’eau bouillante.

Pourquoi faut-il une pression très élevée?
L’eau est stockée sans pression dans des cuves à l’intérieur du refuge. C’est pourquoi il nous a fallu monter un surpresseur d'eau automatique afin qu’elle puisse s’écouler des points de prélèvement.

Comment l’approvisionnement en eau est-il garanti si jamais les pompes tombent en panne?
Pour ce cas de figure, une cuve d’eau d’urgence (env. 2500 l de capacité) installée sous la toiture est prévue. Elle est alimentée par le dispositif de surpression de l’installation domestique. Le remplissage est commandé par un robinet-flotteur. En cas de panne de courant, la cuve peut être remplie par une pompe manuelle. Ainsi, on peut être sûr que les installations WC au rez-de-chaussée et la cuisine sont bien alimentées en eau froide. Pour le fonctionnement de secours, deux robinets doivent être actionnés à la main.

Principe de fonctionnement: La pompe est activée manuellement depuis le refuge. L’interrupteur à flotteur à l’intérieur des cuves hebdomadaires arrête la pompe dès que les cuves sont pleines. C’est alors qu’intervient la soupape de vidange, qui refoule l’eau des conduites dans la cuve d’eau de fonte. Les sautes de pression pouvant survenir au démarrage et à l’arrêt de la pompe sont compensées par un réservoir de pression à membrane.