De nouvelles pistes de réflexion qui agitent les esprits

«Conséquences de la densification de la construction sur la distribution d’eau de boisson»

Rien que par le nombre de participants, les pronostics étaient déjà dépassés. Il faut dire que pour ce qui est du choix de la thématique, Nussbaum avait touché en plein dans le mille. Planificateurs sanitaires, enseignants d’écoles professionnelles, responsables d’associations et presse spécialisée, tous s’étaient retrouvés au Centre de formation clientèle Optinauta de la société à Trimbach près d’Olten pour échanger, suivre de nouvelles pistes et discuter des défis actuels et futurs auxquels la branche sera appelée à faire face dans la construction de gros projets.

Texte: Andreas Stettler
Photos: Markus Wolf

Une conférence et cinq exposés sur la qualité de l’eau de boisson, la production d’eau chaude, la distribution à tous les niveaux et la mise en service, et voilà qu’étaient réunis tous les ingrédients pour un échange animé d’expérience et d’opinions. C’est ainsi que le microbiologiste Stefan Kötzsch (Haute école de Lucerne / Eawag) a exposé le versant scientifique du développement des bactéries dans les systèmes de distribution des eaux de boisson, en mettant l’accent sur l’importance de la qualité des matériaux mis en œuvre, de la température adéquate et des mesures pour s’opposer à la stagnation des eaux. Constat étonnant: la prolifération bactérienne n’est pas à rechercher systématiquement dans les systèmes d’installation complexes et très étendus, mais plutôt dans les derniers centimètres des flexibles et flexibles de douche qui, jusqu’à présent, n’avaient souvent fait l’objet d’aucune certification.

La densification urbaine nécessite de revoir certains raisonnements
Pour ce qui est de la production d’eau chaude, la distribution à tous les niveaux, les contrôles et la mise en service, trois planificateurs sanitaires chevronnés sont intervenus: Michele Guglielmo (copropriétaire de GRP Ingenieure AG, Rotkreuz) a exposé quelques idées sur le sujet encore relativement controversé de la production décentralisée d’eau chaude, avec tout ce que cela comporte de facteurs inconnus. Et ce sont précisément ces réflexions qui ont donné matière à discussion par la suite lors de la table ronde. Dans la distribution d’eau à tous les niveaux, Erich Ott (responsable de la planification sanitaire chez Ernst Basler + Partner SA, Zurich) a mis en évidence des enjeux difficiles, du fait des exigences accrues de confort mais aussi en raison de la plus grande taille des appartements, ce qui a pour effet que les nombreux appareils d’eau sont toujours plus espacés. Le dimensionnement de la distribution d’eau et le choix des modes d’installation (points de prélèvement individuels, tés etc.) devraient dépendre plus largement des spécificités de chaque immeuble. La question récurrente était d’ailleurs de savoir quel niveau de confort sanitaire est effectivement nécessaire pour chacun de nous.

Finalement et sans faire de détours, Roni Hess (membre de la Direction d’Enerconom SA, Berne/Soleure) a fait appel au sens des responsabilités de ses confrères afin qu’ils systématisent le rinçage, les contrôles et la mise en service des systèmes d’installation, et enfin, pour qu’ils établissent aussi des procès-verbaux. Ces procédures ne sont hélas pas systématiquement appliquées, alors que ce serait d’autant plus important pour les gros projets où les périodes de stagnation peuvent durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Les mesures correspondantes existent d’ailleurs déjà aujourd’hui sous la forme de normes (SIA 385/1+2, SSIGE W3). Les représentations des associations ont d’ailleurs fait part aux participants du fait qu’un groupe de travail se penche déjà sur ce sujet.

Nouvelles voies dans la planification et la mise en œuvre
La table ronde avait été dès le départ conçue aussi comme discussion plénière. Les participants ont rapidement pris la parole pour demander des conseils aux conférenciers et faire part de leurs propres connaissances. Où et quand faut-il isoler? Faut-il séparer eau chaude et au froide? Peut-on justifier de faibles températures de soutirage? Comment peut-on concilier économies d’énergie et exigences croissantes au niveau sanitaire? La production d’eau chaude demeurera-t-elle centralisée ou sera-t-elle décentralisée à l’avenir? Les nombreuses prises de parole durant cette Journée d’experts de Nussbaum ainsi que les votes – certains étant d’ailleurs très animés – ont à nouveau révélé le dynamisme de notre plateforme pour les interrogations actuelles et à venir. La rencontre n’avait pas pour objectif de parvenir à un accord ou de définir des solutions prêtes à l’emploi. Rien d’étonnant donc de voir que quelques questions soient restées sans réponse et certaines propositions en suspens.

Conclusion de la 4e Journée d’experts de Nussbaum
Quoiqu’il en soit, avant que tout le monde se retrouve au déjeuner, il a été réalisé une synthèse des principales conclusions des conférences et discussions. Celle-ci a ensuite été présentée à l’assemblée plénière, qui l’a approuvée sans aucune objection. Les conclusions sont les suivantes:

  • Les facteurs décisifs pour la stabilité biologique de la qualité de l’eau brute dans la distribution d’eau, sont un réseau intact et bien entretenu ainsi que la mise en œuvre de systèmes d’installation et de matériaux de qualité supérieure et certifiée dans les bâtiments. Dans les grands bâtiments, l’échauffement indésirable de l’eau froide fait l’objet d’une préoccupation grandissante.
  • Pour la production et la distribution d’eau chaude dans les bâtiments, les principes de base sont régis par les normes SIA 385/1 et 385/2, et la norme SSIGE W3. Pour les grands bâtiments existe un véritable potentiel d’innovation quant à la production et au stockage centralisés ou décentralisés de l’eau chaude et au maintien à la température adéquate des conduites de distribution.
  • Le système de point de prélèvement individuel et les distributeurs maintenus à la température adéquate permettent de garantir les temps de soutirage de l’eau chaude selon SIA-385. En outre, le système de point de prélèvement individuel permet aussi de réduire au minimum les variations de pression et de température.
  • Le premier remplissage joue un rôle primordial dans le respect de l’hygiène et son rôle ne cesse de gagner en importance à mesure que les projets de construction deviennent toujours plus grands et complexes. Pour ce qui est des compétences concernant les contrôles et la mise en service, il importe de les définir clairement et par écrit.

La 4e édition de la Journée d’experts de Nussbaum a rencontré sans conteste un véritable succès. On en veut pour preuve les réactions le jour même et après coup. Une table ronde qui s’est déroulée dans les meilleures conditions, des participants qui ont poursuivi les discussions durant les pauses et le déjeuner, tout cela montre à quel point la densification urbaine recèle encore bien des défis pour la branche.